Le repaire du perdant

Une vie sans repères, une vie de perdant.

Ce repaire est le point d'arrivée de plusieurs années de perdition.
Le développement personnel… ? Aucun résultat. Je suis resté le même perdant.
Ce repaire marque ma résignation en quelque sorte.
Mon destin ? C'est bien possible.
Il est vrai que longtemps je me suis demandé si mon échec était nécessaire. Était-ce écrit ainsi ? Est-ce la nécessité qui m'a amené jusque dans ce repaire, à l'opposé du chemin que je m'étais fixé ?
Comment expliquer cette inertie qui caractérise si bien ma situation ? Pourquoi m'est-il impossible de me ressaisir ?
Est-ce Dieu ?
Si Dieu en est la cause, alors où commence ma liberté d'agir ? Dieu a-t-il verrouillé la vie de telle sorte que s'affranchir de cette inertie ne peut être que la conséquence d'une action providentielle, accordée comme une dérogation ? Ou bien est- ce qu'absolument rien ne se fait en dehors de sa volonté, et dans ce cas tout évènement et son contraire Lui appartiennent, Dieu délimite tout et empêche le monde de sombrer dans le chaos ?
Mais non, pour que Dieu nous juge lors du Jour du Jugement, n'est-il pas plutôt de rigueur que nous portions la pleine responsabilité de tous nos actes ? Le Jour du Jugement ne semble avoir de sens que dans cette hypothèse. En plus, il n'y a qu'en ces termes qu'on peut légitimement parler de liberté d'agir, ou plus philosophiquement de libre arbitre.
Mais alors, si je suis bel et bien exempt de toute servitude ou tout autre conditionnement même infime, pourquoi ai-je le sentiment de subir cette condition de perdant ?
Pourquoi le développement personnel s'est avéré n'être qu'un festival de singeries inutiles ?
Et si rien n'était jamais totalement satisfaisant et qu'il est finalement vain de se fixer de trop grands objectifs ?

Une chose est sure, je ne veux pas mourir perdant.

Bizarrement, j'ai cette intuition que tout repose sur Dieu. Je ne peux donc que le supplier qu'il me fasse mourir en l'homme que j'ai toujours voulu devenir : cultivé, pieux, heureux en mariage et lavé de tous pêchés.

Dieu, j'en appelle à votre miséricorde, aidez-moi à sortir des activités improductives, de la procrastination et de l'infortune ; je refuse cette vie de perdant. Être dans l'accomplissement, plutôt que singer l'accomplissement ; agir, plutôt que s'occuper à ne pas agir ; créer sa chance, plutôt que subir sa malchance. Voilà mon souhait, Dieu.
Si vous m'exaucez, Dieu, il est sûr que ce repaire se remplira semaine après semaine de mes nouveaux repères.

Mes nouveaux repères :